RSE et achats responsables : définitions, enjeux et modalités

Partager cet article

Comment et pourquoi mettre en place une démarche RSE et une politique d’achats responsables au sein de votre entreprise ? On vous dit tout sur la RSE, les atouts d’une stratégie d’achats responsables et comment devenir acteur du développement durable tout en améliorant votre performance économique.

RSE et achats responsables : définitions

Qu’est-ce que la RSE ?


La Responsabilité Sociale des Entreprises, ou Responsabilité Sociétale des Entreprises, représente la volonté des entreprises ou collectivités d’intégrer des préoccupations sociales et environnementales dans leur activité et leurs relations avec les parties prenantes (fournisseurs, investisseurs, clients, etc.).
Obligatoire pour les entreprises de plus de 500 salariés, la RSE vise à mettre en place des actions concrètes en faveur de l’environnement et de la justice sociale pour avoir un impact positif tout en étant économiquement viable.

Qu’est-ce qu’un achat responsable ?


Les achats responsables s’inscrivent dans une démarche RSE dont ils sont la déclinaison aux achats. L’achat responsable consiste à acheter un bien ou un service selon trois critères de performance durable :

  • environnemental : respecter l’environnement lors de la production comme dans le fonctionnement de l’entreprise (ou collectivité ou association) ;

  • social : respecter l’humain, favoriser l’égalité des chances et la diversité, intégrer les personnes en situation de handicap, lutter contre le chômage longue durée, développer l’économie Sociale et Solidaire, soutenir la professionnalisation des personnes éloignées de l’emploi ;

  • économique : répondre à un besoin, soutenir les fournisseurs locaux, transparence, satisfaction clients, commerce équitable.
Une politique d’achats responsables s’appuie sur un ensemble de normes sociales, environnementales et éthiques afin d’améliorer les performances de l’entreprise.

Achats responsables : avantages pour votre entreprise

Les achats responsables présentent de multiples intérêts pour toute entreprise responsable.

  1. Favoriser le progrès et l’innovation

    Mettre en place une politique d’achats responsables vise à :
    • créer de la valeur en repensant ses besoins avec la possibilité d’intégrer de nouvelles façons d’y répondre (achats localisés, meilleure réactivité, renforcer l’ancrage territorial) ;
    • prendre en compte les impacts environnementaux et sociaux de l’organisation ;
    • maîtriser les coûts globaux et le cycle de vie d’un produit.

  2. Améliorer ses performances

    Appliquer une stratégie d’achats responsables contribue à améliorer la performance globale de la structure.

  3. Anticiper la législation

    Désormais, les clauses sociales et/ou environnementales sont obligatoires sur les marchés publics. Intégrer une politique d’achats responsables dès maintenant permet aux entreprises engagées d’anticiper la législation.

  4. Améliorer la relation avec ses fournisseurs

    La politique d’achats responsables permet de développer une relation de confiance avec des fournisseurs engagés dans le cadre d’un partenariat durable et gagnant-gagnant.

  5. Améliorer son image et sa réputation auprès des clients

    Communiquer publiquement sur la démarche de responsabilité de l’entreprise favorise l’attractivité et la fidélisation des clients et permet d’accéder à de nouvelles opportunités de marché.

  6. Augmenter sa marque employeur et attirer les jeunes talents

    Cette image positive facilite également l’attractivité de l’entreprise en termes de recrutement et de fidélisation de nouveaux talents.

Mettre en place une politique d’achats responsables

1. Faire le bilan des pratiques

Avant d’apporter tout changement au fonctionnement d’une structure, il convient d’analyser ses pratiques pour définir les points d’amélioration à l’aide d’un diagnostic RSE.

2. Identifier les parties prenantes

Pour devenir responsable, l’acheteur doit connaître les aspects réglementaires, techniques, environnementaux et éthiques de son activité, mais aussi de ses parties prenantes internes (direction, production, etc.) et externes (clients, consommateurs, usagers, fournisseurs, concurrents) afin d’identifier ses enjeux prioritaires.

3. Lister les critères d’évaluation

Principaux acteurs de la transition vers une politique d’achat responsable, les fournisseurs doivent démontrer leurs engagements pour :

  • limiter les risques environnementaux (Analyse de Cycle de Vie des produits, bilan carbone, recyclage, etc.) ;
  • intégrer une politique de responsabilité sociale (qualité, conditions et sécurité au travail des salariés fabriquant votre produit, lutte contre les discriminations).

4. Établir des lignes directrices claires

L’achat responsable repose sur un processus d’amélioration continue. La norme ISO 20 400 formalise une méthodologie efficace, pérenne et perfectible, consacrée aux lignes directrices d’une politique d’achats responsables. Cette norme fournit un référentiel de bonnes pratiques à tous types, formes et tailles d’organisation, pour initier, concevoir, déployer et améliorer sa propre démarche RSE.

5. Communiquer sur votre démarche

Une fois définie, la politique d’achats responsables doit être communiquée de façon transparente au sein de l’entreprise et auprès de toutes les parties prenantes, sous forme d’une charte par exemple.

Engagez-vous dans une démarche RSE et contribuez concrètement à l’inclusion sociale, à la création d’emploi et au développement local grâce à l’ASEC, entreprise sociale et solidaire.

Inscrivez-vous pour recevoir nos prochains articles par mail

Partager cet article

Pour aller plus loin

Mois de l'ESS
Insertion

L’Economie Sociale et Solidaire (ESS) à la loupe

Partager cet article D’après la Chambre Française de l’Economie Sociale et Solidaire, l’ESS représente 10 % du PIB et près de 14,9 % des emplois privés en France. L’ensemble des structures qui composent l’ESS cherchent à allier performance économique, gouvernance démocratique et valeurs sociales et solidaires en plaçant l’humain au centre

Lire la suite »
Association Intermédiaire
Insertion

L’Association Intermédiaire (AI) en 3 questions

Partager cet article Conventionnées par l’Etat, les associations intermédiaires (AI) participent au retour à l’emploi des personnes en difficultés sociales et professionnelles. Elles leur proposent un accompagnement individualisé et les aident à trouver un emploi auprès d’utilisateurs. On vous dit tout sur le fonctionnement des associations intermédiaires dont l’ASEC fait partie.

Lire la suite »